L’accompagnement des entreprises en difficulté par l’Urssaf

Sophie Clin, conseillère au sein du Pôle Relations partenariats et Accompagnements des entreprises en difficulté, à l’Urssaf Nord-Pas-de-Calais. 

 « Je conseille aux chefs d’entreprise de nous contacter aux premiers signes annonciateurs de difficulté de trésorerie, et ce sans attendre d’être dans l’incapacité d’honorer le paiement des cotisations et contributions sociales. Bon nombre ne pense pas, voire n’ose pas nous consulter ».

Dans quels cas les chefs d’entreprises peuvent-ils se tourner vers l’Urssaf ?

« Quelle que soit la raison des difficultés rencontrées ou anticipées (factures de clients en attente de paiement, baisse d’activité, clients défaillants…), une solution peut être mise en place rapidement pour permettre à l’entreprise de souffler et de rebondir. 

Je rappelle que l’Urssaf recouvre les cotisations qui financent le système de Sécurité sociale et permet à tous de bénéficier de prestations sociales selon leurs besoins (remboursement de médicaments, de soins médicaux, aides au logement, retraite, assurance chômage …). Sauvegarder nos entreprises, c’est donc préserver l’économie, les emplois et pérenniser notre protection sociale. Ce rôle d’amortisseur social et économique prend toute sa dimension en cette période. Depuis le début de la crise sanitaire, l’Urssaf a déployé des mesures exceptionnelles de soutien à l’économie. 

J’insiste sur le fait que nous souhaitons instaurer une relation de confiance avec nos clients. Être un collecteur social n’empêche pas une démarche bienveillante, bien au contraire. Accompagner, conseiller, être à l’écoute, avec bienveillance sont les missions qui nous motivent au quotidien ».

Concrètement, comment fonctionne l’accompagnement de l’Urssaf ?

« Lorsqu’une entreprise est en situation de non-paiement des cotisations et contributions sociales, notre service réalise une relance par téléphone ou par mail pour l’alerter. Nous l’invitons à nous contacter pour parler sa situation et mettre en œuvre des solutions adaptées. 

Il peut s’agir d’un report de cotisations avec une proposition d’échéancier de paiement pouvant s’étaler sur 3 à 24 mois. Nous l’orientons aussi vers nos sites internet pour demander un délai ou réaliser ses formalités, comme une demande de modulation. Ainsi, un entrepreneur qui pense que son revenu d’activité non salarié sera different (à la hausse ou à la baisse) de celui de l’année précédente, peut voir ses cotisations recalculées sur la base de son revenu estimé pour l’année en  cours.

Nous nous assurons également que l’employeur ou le travailleur indépendant bénéficie des éventuelles aides et exonérations dont il pourrait disposer le cas échéant ». 

Exemple d’une entreprise accompagnée :

« J’ai été sollicitée afin d’accompagner une entreprise récemment immatriculée pour un besoin de trésorerie à la suite du refus d’un prêt garanti par l’État (PGE) par la banque.

On pourrait penser que l’Urssaf n’intervient pas dans ces situations, puisqu’elle ne peut pas répondre à un besoin de liquidité. Cependant, lorsque nos services sont sollicités, une étude globale du dossier est systématiquement engagée.

Dans le cas présent, un échange téléphonique avec le chef d’entreprise a permis d’analyser la situation de la société ainsi que celle de son compte travailleur indépendant. Nous avons passé en revue les démarches déjà effectuées et celles qu’il restait à entreprendre.

Concernant son dossier employeur, le cotisant a été avisé qu’il recevrait un plan d’apurement vers avril / mai 2021 avec une 1re échéance à payer en juillet 2021. Il pensait devoir obligatoirement effectuer un premier versement dès le mois de mars 2021 alors qu’il n’était pas en mesure de le faire.

Pour sa situation personnelle, il payait ses cotisations sur le forfait 1re et 2e année d’activité alors qu’il ne se versait pas de salaire, je lui ai donc conseillé de moduler ses revenus à zéro directement depuis son compte en ligne et d’envoyer un dossier de demande de secours exceptionnel à l’action sociale.

L’ensemble de ces mesures va lui permettre d’assainir sa trésorerie et d’envisager l’avenir avec plus de sérénité ».

Pour déposer une demande, rendez-vous sur Place des Entreprises !

Rappel : Les employeurs peuvent joindre l’Urssaf au 3957, les travailleurs indépendants et professionnels libéraux au 3698. Si vous souhaitez rencontrer un conseiller, vous pouvez également en faire la demande directement depuis votre espace en ligne, respectivement sur urssaf.fr ou secu-independants.fr. Le rendez-vous peut se dérouler sur l’un de nos sites, par téléphone ou par webcam.

L’accompagnement en Développement Durable des TPE & PME industrielles

Tanguy LEDOUX, conseiller REV3/ développement durable à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Région Hauts-de-France, accompagne les entreprises dans leur transition écologique.

« Le développement durable doit être vu comme un véritable levier de croissance et de compétitivité pour les entreprises qu’elles soient TPE, PME ou ETI et peu importe leur secteur d’activité ».

Dans quels cas les chefs d’entreprises peuvent-ils se tourner vers la CCI concernant le développement durable ?

« Dans tous les cas : que l’entreprise ait une problématique ou une volonté d’intégrer à son activité une démarche plus pérenne et porteuse de sens ! Nous accompagnons sur-mesure l’ensemble des sujets Développement Durable, notamment la gestion des flux eau-énergie-déchets, mais aussi la stratégie de l’entreprise elle-même vis-à-vis de ces sujets. Que l’entreprise cherche à réduire ses charges énergétiques, à améliorer sa gestion des déchets, à penser sa création de nouveaux bâtiments de manière vertueuse ou encore à diminuer son empreinte carbone, la CCI est là pour l’accompagner ». 

Comment fonctionne l’accompagnement ECOPRODUCTION ?

« Le dispositif Ecoproduction est un accompagnement personnalisé destiné aux entreprises, de toute taille et de tous secteurs d’activité, principalement industries & service à l’industrie. 

L’idée est de partir de l’optimisation des flux (eau-énergie-déchets) pour s’orienter vers la mise en œuvre des nouveaux modèles économiques (bas carbone, économie circulaire et d’écoconception). L’expérience montre que l’environnement est un moyen de se développer, de se différencier et de rester compétitif. 

L’accompagnement se fait entièrement sur-mesure, conjointement avec le dirigeant selon sa stratégie bien entendu. Il se déroule sur 4 à 6 mois selon les sujets travaillés et permet au dirigeant d’avoir un véritable outil d’aide à la décision environnemental : qu’est-ce que je peux faire chez moi, pourquoi le faire, qu’est-ce que je peux y gagner (financièrement, écologiquement, éthiquement, commercialement, etc.), comment m’y prendre, combien cela peut-il coûter, avec quels prestataires locaux et avec quelles aides ? 

L’accompagnement peut consister, par exemple, à :

  • optimiser les flux énergie, déchets mais aussi eau de l’entreprise ;
  • rechercher de nouveaux débouchés aux déchets actuels ;
  • réduire l’empreinte carbone de l’entreprise ;
  • réfléchir à la mise en œuvre d’énergies renouvelables in situ ;
  • penser la création ou la rénovation d’un bâtiment de manière responsable ;
  • développer de nouveaux services ou produits plus responsables. 

L’accompagnement est aujourd’hui tarifé selon les besoins de l’entreprise et le temps d’appui estimé à raison de 700€ HT/jour. Il peut, sous certaines conditions, être pris en charge dans le cadre d’aides régionales ». 

Exemple d’une entreprise accompagnée :

« Nous avons pu accompagner l’entreprise Fusiocast, fonderie d’aluminium d’une dizaine de personnes. L’approche choisie était de faire un point global sur l’entreprise vis-à-vis de l’environnement : qu’est-ce qui est déjà fait, qu’est-ce que l’on peut améliorer, comment s’y prendre, avec qui, avec quelles aides, etc. 

Différents sujets ont donc été travaillés : passage aux éclairages LED, optimisation des taxes énergétiques, récupération de la chaleur des compresseurs d’air pour le chauffage de l’atelier, récupération d’eau pluviale pour alimenter le process ou encore réflexions d’implantations d’énergies renouvelables. 

En plus d’avoir réduit ses flux de manière significative (- 25% en énergie, – 90% en eau), l’entreprise a également intégré cette démarche dès sa réflexion d’implantation d’une nouvelle machine. Enfin, elle peut valoriser ses bonnes pratiques auprès de ses clients et de ses parties prenantes qui sont, de plus en plus, à l’écoute de ces sujets ».

Pour déposer une demande d’accompagnement, rendez-vous sur Place des Entreprises !

Plus de détails et de retours d’expérience sur https://rev3.fr/eco-production/ et sur CCI Hauts de France.

Pour contacter l’équipe REV3 de la CCI Hauts de France rdv sur REV3.FR ou sur contact@rev3.fr.  

L’accompagnement numérique des artisans

Delphine Guellec, conseillère numérique à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat des Hauts-de-France, accompagne les entreprises dans leur transformation numérique.

« La transformation numérique, c’est avant tout l’adaptation de l’entreprise aux changements de mode de consommation et de production. Toutes les entreprises sont concernées : TPE, artisans, commerçants de services, créateurs, PME industrielles…».

Dans quels cas les chefs d’entreprises peuvent-ils se tourner vers la CMA concernant le numérique ?

« Dans tous les cas ! Selon le métier ou la taille de l’entreprise, les besoins varient : un coiffeur qui souhaite mettre en place une prise de RDV en ligne, un boulanger qui aimerait développer la vente en ligne et le retrait en boutique avec du « click and collect », un artisan des métiers d’Art qui voudrait valoriser son catalogue, ou encore une entreprise industrielle qui gagnerait en productivité par l’automatisation de son reporting ou ses prises de commandes. Le numérique peut être une solution à différentes situations.

Nous sommes aussi force de propositions auprès des artisans. À nous de les éclairer sur les opportunités du numérique pour leur activité ». 

Comment fonctionne l’accompagnement Booster digital pour les TPE PME ?

« Le dispositif Booster digital est un accompagnement personnalisé destiné aux entreprises de moins de 20 salariés et de plus de 3 ans d’existence. Il se fait en 2 étapes dans les antennes locales de la CMA ou en entreprise :

  • diagnostic de 4H pour évaluer les usages et les projets de l’entreprise ;
  • mise en œuvre d’un plan d’actions adapté et personnalisé, d’environ 16H.

L’accompagnement peut consister dans :

  • la création ou l’amélioration d’un site internet ; 
  • l’amélioration de la visibilité de l’entreprise (e-réputation, usage des réseaux sociaux, référencement …) ; 
  • la création de contenu adapté aux médias numériques ; 
  • la mise en place d’un logiciel de gestion d’entreprise ; 
  • la gestion des données de l’entreprise et la mise aux normes juridiques (coordonnées clients, RGPD, sécurité des données…).

L’accompagnement est pris en charge par la Région et les fonds européens à hauteur de 80%, soit un reste à charge de 150€ H.T. Cependant, suite à la crise, l’accompagnement est totalement pris en charge jusqu’à fin décembre 2020 ».

Exemple d’une entreprise accompagnée :

« J’ai eu le plaisir d’accompagner M. Deboffe, plombier chauffagiste, pour la création d’un site vitrine proposant ses services dans son secteur. Nous en avons profité pour mettre en place un système de paiement en ligne sécurisé. 

En plus d’avoir gagné en notoriété, M. Deboffe peut désormais fournir un lien unique de paiement à ses clients au moment de la facturation, le montant de la facture étant pré-rempli. Cela facilite et accélère le règlement des factures par ses clients.

Cette solution est par ailleurs couplée à son logiciel de gestion de clientèle et de comptabilité. Résultat : M. Deboffe gagne un temps précieux sur certaines tâches administratives, comme les relances commerciales maintenant automatisées ».

Pour déposer une demande d’accompagnement, rendez-vous sur Place des Entreprises !

Pour contacter l’équipe numérique de la CMA Hauts-de-France : projetsnumeriques@cma-hautsdefrance.fr 

Prévention et performance, l’Aract vous accompagne

L’Aract, association paritaire, participe aux politiques publiques d’amélioration des conditions de travail et de la performance dans les TPE & PME, en vous proposant une offre adaptable en fonction de vos besoins.

Laurence Théry, Directrice de l’Aract Hauts-de-France, vous explique comment l’Aract peut aider votre entreprise. 

Dans quels cas les chefs d’entreprise peuvent-ils se tourner vers l’Aract ?

« Les chefs d’entreprises peuvent s’adresser à l’Aract lorsqu’ils souhaitent améliorer : 

  • leur organisation de travail pour conjuguer prévention des risques professionnels et performance
  • le mode de management de leurs salariés pour être plus efficace collectivement
  • les relations de travail, notamment pour faciliter les négociations en interne ou prévenir des conflits
  • la conception d’un nouveau projet en anticipant ses impacts au sein de l’entreprise ». 

Comment fonctionne l’accompagnement Objectif reprise pour les TPE PME ?

« Objectif reprise est un nouvel accompagnement pour aider les entreprises et les associations de moins de 250 salariés à se réorganiser et à sécuriser leur activité dans le contexte de la crise sanitaire. Après la définition du besoin avec un expert, l’Aract aide gratuitement le dirigeant et ses équipes à s’adapter au protocole sanitaire. 

Conçue sur mesure en fonction des situations, cette offre est financée par le Fonds social européen, avec le soutien de la Région et de la Direccte Hauts-de-France  ». 

Exemple d’une entreprise accompagnée par l’Aract : 

« Une entreprise spécialisée dans l’accompagnement de publics fragilisés vers l’emploi a fait appel à l’Aract pour la pérennisation du télétravail. La structure compte 165 salariés. Déjà expérimenté pour les encadrants, la crise sanitaire a montré que le télétravail pouvait être étendu à d’autres salariés. Le Conseil social et économique (CSE) a néanmoins soulevé des points de vigilance, en particulier sur le management à distance. La Directrice des ressources humaines (DRH) a donc mobilisé l’accompagnement Objectif reprise de l’Aract pour tirer des enseignements du télétravail pendant la crise. 

Après des entretiens avec la DRH et le CSE, l’Aract a proposé à l’entreprise d’intégrer une action collective d’appui/conseils ainsi que ses webinars d’échanges dédiés au télétravail. Ces retours d’expérience vont permettre à l’entreprise d’enrichir son projet de points de repères contextualisés et de définir des modalités de télétravail adaptées aux besoins de ses équipes  ». 

Pour déposer une demande d’accompagnement, rendez-vous sur Place des Entreprises !

En savoir plus sur l’Aract : http://hautsdefrance-aract.fr

Pour contacter l’Aract Hauts-de-France : hautsdefrance.aract@anact.fr